Après avoir vu les infrastructures, la vie du campus et comment venir à Heriot-Watt, nous allons parler des cours. Et vous allez voir, il y a un monde entre les universités anglo-saxonnes et nos écoles d’ingénieurs françaises. En effet, la méthodologie de travail est bien différente de celle dont nous avons l’habitude.

Tout d’abord, les emplois du temps sont tous simplement ridicules comparés aux emplois du temps français. A Heriot Watt, j’ai 12h de cours par semaine tandis qu’en France les emplois du temps tournent autour de 35h par semaine sans compter le travail personnel et les associations… Bien évidemment ce n’est parce que l’on a 12h de cours hebdomadaires que l’on travaille que pendant ces heures. La méthodologie est basée sur le travail personnel, les projets et les recherches faites par les étudiants pour approfondir le sujet.

Concernant les cours, ils sont répartis en 2 types :

  • Les lectures pendant lesquelles le professeur couvre un grande partie du cours. Ces lectures sont assez rapides pour exemple, nous avons couvert la totalité du cours de base de données de 3ième année en 4h.
  • Les Labs pendant lesquels nous appliquons les cours et nous acquerrons une première expérience pratique des différents outils expliqués en lecture.

Concernant la méthodologie de travail, comme je l’ai dit précédemment, elle est principalement basé sur le travail personnel. En effet, nous avons de nombreux rapports/projets à rendre. Ainsi, nous avons continuellement du travail et nous avons un rendu toutes les deux semaines. Le rythme de travail est donc soutenu voire très soutenu pour les élèves ayant choisi des Msc très techniques.

Cette méthode de travail a des avantages et des inconvénients. L’un des principaux avantages est qu’elle est beaucoup plus responsabilisante pour les étudiants. En effet, les étudiants doivent travailler en raison des projets et les professeurs ne sont absolument pas intéressés par la présence ou la motivation des étudiants. De plus, cela permet d’aller plus loin dans le sujet si celui-ci nous intéresse et d’avancez à notre rythme. Enfin le nombre de cours permet d’avoir des hobbies. 🙂

Cependant, ce système n’est pas forcément parfait non plus. Je pense que pour des étudiants sortants de prépa, ce modèle de travail doit être très déstabilisant. En effet, il n’y a aucune pression sur nous. Cela tranche avec la méthode française où l’on travaille quasi-exclusivement à la pression et au début c’est assez difficile de se motiver soi-même. 🙂

Advertisements